NORMANDIE LECTURE

 
 

BEAUX-ARTS

Expositions, Musées et «Beaux Livres»


Ci-dessus : «Une séance à l’atelier» (féminin) de l’Académie des

Beaux-Arts Julian, à Paris, en 1881,  peinture de Marie Bashkirtseff, artiste née en Ukraine  en 1858, morte à Paris en 1884... De cette

toile, sa jeune auteur, qui entretint une longue correspondance

avec Guy de Maupassant, disait : «C’est mal, et surtout

d’un dessin commun, sans caractère et absolument

indigne de moi : c’est le plus mauvais des tableaux...»


A lire dans «Rouen lecture»

à propos de Beaux-Arts et d’artistes peintres :


> RL 24 :  Evocation normande de Jean-Baptiste Camille Corot,

qui suivit des études au Collège de Rouen à partir de 1807

avant de revenir peindre à maintes reprises dans notre région.


> RL 30 : Robert-Antoine Pinchon, peintre né à Rouen le

1er juillet 1866 et fils d’un des meilleurs amis de Maupassant.


> RL 32 : Biographie de Ambroise-Louis Garneray, aventurier

corsaire, négrier, écrivain, mais aussi peintre et conservateur

de Musée à Rouen durant 5 ans à partir d’octobre 1832.


> RL 33 : «Fernand Léger, de New-York à Livarot»,

vie d’un artiste né en 1881 à Argentan, dans l’Orne,

où ses parents étaient marchands de boeufs...


> RL 35 : Enfance, jeunesse à Dieppe et ascendances

normandes du peintre Jacques-Emile Blanche, dont le

Musée des Beaux-Arts conserve de nombreux tableaux.

> RL 36 : La vie à Offranville durant 40 ans, jusqu’à sa mort

en 1942, de J-E Blanche qui reçut (et portraitura) en son

manoir cauchois du Tot moult célébrités artistiques.


> RL 38 : Eugène Delacroix et la Normandie. Notre région,

Delacroix la connait depuis 1813, l’année de ses 15 ans. Pour

une excellente raison : l’abbaye de Valmont, à 10 km de

Fécamp, appartient alors à ses cousins. En octobre 1849, il

entreprend son ultime voyage en Normandie. Il vient d’abord

à Rouen par le chemin de fer. Puis il rejoint Valmont...

> RL 39 : Suite du voyage d’Eugène Delacroix en Normandie.

De Valmont où il est hébergé dans l’ancienne abbaye,

le peintre découvre Sassetot, Fécamp, les Petites-Dalles...


> RL 41 : «Eugène Boudin, une vie de peintre,

du Havre à Honfleur».

Extraits : «Eugène Boudin nait à Honfleur en 1824, et

comme beaucoup de normands de ce coin, il partage sa vie

entre les deux rives de l’estuaire, travaillant au Havre où il a

grandi, venant peindre et vivre à Honfleur, Trouville.

Dès l’âge de dix ans, le garçon dessine avec passion. Ayant

fait très jeune son apprentissage chez un papetier-marchand

de couleurs, il se met bientôt à son compte au Havre, vend

lui-même des fournitures des artistes, ce qui le conduit à

faire la connaissance de peintres, à qui il demande conseil...»


RL 46 : Léonard Bordes, né en 1898. Itinéraire du peintre

rouennais des «Petites Eaux sous la neige», d’une «Promenade

le long du Robec», des «Cheminées d’Usine à Darnétal»,

des «Baraques de la Foire Saint-Romain», de «La petite mairie

de Saint-Martin-du-Vivier», d’un «Chemin menant à l’église

d’Isneauville», des «Coteaux du Mont-Gargan», etc... 

Léonard Bordes est mort le 4 février 1969.

A Rouen, il habitait au 1 rue du Général Sarrail.


> RL 47 : «Au fil des collections du Musée des Beaux-Arts du

Havre», inauguré en 1845 et premier Musée construit en France.

«Raymond Duchamp-Villon», qui naquit en 1876 à Damville

dans l’Eure et vécut à Blainville-Crevon où son père était notaire.


> RL 83 : «Sur les pas de Charles Angrand», à Criquetot-sur-

Ouville où il naquit le 19 avril 1854, à Saint-Laurent-en-Caux

où il vécut, à Rouen où il mourut le 1er avril 1926.


> RL 111 : Charles Fréchon. Premières lignes : «En 1856,

quand nait le 4 février au domicile paternel Charles Fréchon,

Blangy-sur-Bresle, à la frontière nord de la Normandie, est un bourg prospère qui compte 1 700 habitants. La verrerie est une de ses

principales industries, et elle amorce un tournant dans son essor,

en abandonnant peu à peu la fabrication du verre à vitre pour

se consacrer à la production de flaconnage destiné à la parfumerie

et à la pharmacie. Les parents Fréchon, eux, ne travaillent pas

dans l’industrie du verre : ils tiennent une fabrique de savons,

habitent une maison cossue ouvrant sur la Rue à l’Huile...»


> RL 124 : «Claude Monet l’horticulteur enragé».

Avec des chapîtres où il est question... de la propriété de Giverny

en pleine restructuration ; de l’écrivain Octave Mirbeau

le fidèle ami et lui aussi passionné de fleurs dans sa demeure

des Damps près de Pont-de-l’Arche ; d’un jardinier étonnant

du Vaudreuil qui a droit à la «Une» du journal «Le Figaro» ;

de la jeunesse de Monet au Havre où le garçon se taille

une belle notoriété avec ses caricatures de notables de la cité,

et bien sûr de la cathédrale de Rouen qu’il commence à

peindre «en série» à la fin de l’hiver 1892, depuis trois

points de vues successifs. Extraits du texte : «L’artiste

s’installe au-dessus du magasin à l’enseigne de «La Grande

Fabrique, lingeries & modes, propriétaire Fernand Lévy»,

à l’angle de la rue de la Grosse-Horloge et de la place de la

cathédrale. Puis il se décale vers la rue Grand-Pont, à l’étage

de la boutique de «Nouveautés» d’Edouard Mauquit...»

> Retour «Bienvenue», cliquez ici


Pour laisser un message, une info, un commentaire,

une demande de renseignements, cliquez ci-dessous sur


galmiche@normandie-lecture.com

Ci-dessus : «Le Coriolan supplié par sa mère».

tableau signé Nicolas Poussin, et fleuron du

Musée des Andelys, dans l’Eure... Visite de

14 h à 18, sauf le mardi, rue Sainte Clotilde.


> A propos de l’auteur du «Corolian»,

lire dans «Rouen lecture» n° 12 les récits

«Sur les pas de Nicolas Poussin aux Andelys».

Extraits :

«C’est en 1591 que Jean Poussin, sous-officier

sans grande fortune, quitta l’armée pour épouser

Marie, veuve depuis 13 ans d’un procureur de Vernon.

Le couple alla s’installer dans une modeste propriété,

qu’ils cultivèrent, au hameau de Villers,

dépendant de la cité d’Andelys.

Et c’est trois années plus tard que naquit, là,

le 15 juin 1594, un garçon qu’on baptisa Nicolas...»

«Jeune fille à l’épine»,

Musée d’art et d’histoire

Thomas-Henry,

4 rue Vastel,

Cherbourg (50100).

> Reproduction ci-dessus :

«Sortie de la cathédrale d’Evreux»,

un dimanche après la messe.

Toile de Charles Denet,  né dans la capitale de l’Eure en 1853, mort à Paris en 1939.


> Musée d’Evreux (27000). Ancien Evêché (ci-dessous).

6 rue Charles Corbeau. Ouvert sauf le lundi. 14h-18h.

Renseignements au 02 32 31 81 90

«Les Femmes du Pollet»

Toile d’Antoine Vollon.

Château-Musée de Dieppe  Visite sauf le mardi.

Infos au 02 35 06 61 99

> Reproductions ci-dessus :

deux peintures et une aquarelle signée Michel Ciry


A Varengeville-sur-Mer (76119), le Musée Michel Ciry

se découvre d’avril à septembre sauf le mardi, de 14 h à 18h.

En octobre, il est ouvert les samedis et dimanches, et le

week-end de la Toussaint. Visite toute l’année sur rendez-vous

pour les groupes. 6 bis rue Marguerite Rolle. Tél  02 32 90 01 52

> Ci-dessus :


Château de Saint-Pierre-de-Varengeville (76)

CENTRE D’ART CONTEMPORAIN DE LA MATMUT


Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 19h,

sauf les jours fériés.  425 rue du Château.

Visite des expositions temporaires, découverte du

château, de son beau parc, de son jardin japonais, de sa

chapelle, de son petit pavillon de style Louis XIII,

de ses sculptures extérieures, etc : entrée

libre et gratuite... Ne vous en privez donc pas !

Musée des

Beaux-Arts

de Rouen.





Visite des

collections

permanentes :

entrée gratuite.

Fermé le mardi.